Rechercher
  • Étienne

S'engager




Et si les temps que nous vivions étaient propices à prendre du recul pour réfléchir à notre mode de vie et à... notre engagement ?


À l’heure où ces quelques lignes sont écrites, nous sommes en plein confinement. Cette période exceptionnelle met à rude épreuve nos repères et nos modes de vie. Pour beaucoup, nous sommes dans l’inconnu, et une question se pose de plus en plus :


Et après, quel monde va suivre ?

Il y a aujourd’hui un grand nombre de débats sur ce fameux « après » :


  • Il y a ceux qui sont persuadés que rien ne changera. Dès la fin du confinement, nous reprendrons notre rythme de vie, comme avant. La logique capitaliste et consumériste continuera de faire son travail se fichant éperdument de ses répercussions.

  • D’autres pensent au contraire que tout changera. Ce n’était déjà plus possible de vivre comme ça et cette crise sanitaire est le coup de grâce que l’être humain devait vivre pour comprendre une bonne fois pour toute qu’il a besoin de ses semblables, des animaux et de la nature pour vivre et être heureux.

  • Il y a aussi ceux qui font un mélange de ces deux pensées. Certaines personnes recommenceront à vivre comme avant, d’autres s’engageront sur une voie de changement et une cohabitation se mettra en place.

Cette interrogation « Quel monde va suivre ? » est importante à se poser car elle ouvre la porte à une réflexion beaucoup plus personnelle :

Moi, en tant qu’être humain, qu’ai-je envie comme futur ?

Utiliser le "je" nous rend acteur de la réflexion mais il ne faut pas s’arrêter là. Avoir envie, c’est bien. Mais concrètement, comment allons-nous créer ce futur désiré ?

C’est là que la notion de responsabilité et d’engagement personnel prend tout son sens. Car pour être dans le concret et voir des résultats, il est nécessaire d'incarner son envie ; de l'incarner sur le long terme pour que cela devienne une habitude et une évidence.

Or, un engagement n’a de sens et ne dure dans le temps que s’il trouve sa source au plus profond de nous-même. C’est dans ce qui nous fait vibrer, autrement dit dans nos émotions, qu’il faut aller chercher. En effet, agir par amour, bienveillance, compassion ou encore altruisme... tout ceci vient du cœur.

De plus, les réponses qui nous viennent doivent s’ancrer dans notre présent. Sinon, si notre attention est portée vers un futur, nous serons déconnecté de la réalité et nous ne pourrions pas vivre le seul moment qui nous appartienne vraiment : l’ici et maintenant.


Alors, « Qu’ai-je envie comme futur ? » devra, à un moment donné, se transformer en « Qu’ai-je envie comme présent ? »

Si par exemple je souhaite un monde en paix, comment puis-je m’engager, personnellement et concrètement, à travailler cette paix ? Comment puis-je, dès maintenant, rayonner cette paix vis-à-vis de moi et de mon entourage ?


Oui, vis-à-vis de moi et de mon entourage : s'engager pour les autres, c'est bien. Mais s'engager pour soi et autrement plus important. Car comment pouvons-nous nous engager à rendre ce monde plus en paix si nous ne sommes pas sur un chemin de paix avec nous-même ?


La réponse à cette question "Qu'ai-je envie comme présent ?" est ainsi en lien direct avec ce que disait Gandhi : "Soit le changement que tu veux voir dans le monde". Car même s'il est normal et humain de se questionner sur les temps qui vont venir, si nous voulons être acteur de ce futur et œuvrer à la rendre plus et plus humain, ne devons-nous pas, dès aujourd'hui, incarner ce que nous souhaiterions y voir ?



0 vue
 Copyright © 2017 Étienne Schappler. Tout droits réservés.